Médecines douces

Qu’elles soient naturelles, traditionnelles ou alternatives, des médecines dites « douces » semblent pouvoir tout soigner, tout prévenir. Mais le meilleur côtoie le pire. Si les limites des traitements biomédicaux apparaissent au grand jour, le recours à ces médecines peut vite devenir une fausse bonne solution. Vous pourrez y perdre votre temps, votre santé et votre argent. Heureusement, la science permet aujourd’hui de trier le bon grain de l’ivraie et d’utiliser chaque méthode en connaissance de cause.

Trop longtemps, le consommateur de ces médecines s’est retrouvé seul juge de leur pertinence et de leur efficacité, se basant sur son ressenti, son vécu forcément subjectif. Désormais, il est possible de dépasser ses intuitions, croyances et expériences personnelles.

Ces articles vont vous permettre de différencier les interventions non médicamenteuses, ou INM, qui sont efficaces, pertinentes et sûres, et les "fausses médecines douces" qui n'ont démontré aucune utilité, voire qui se sont avérées dangereuses.

Parler de médecines douces, c’est souvent ne pas savoir pas de quoi on parle. Consciemment ou non, on mélange des techniques, des ingrédients, des disciplines, des préceptes, des habitudes, des approches, des modes de vie, des philosophies, des cultes…

Les exemples sont nombreux : cocktails vitaminiques antifatigue, poudres minérales détox, extraits de plantes facilitant le sommeil, gélules anti-cholestérol à base de champignon, ampoules fortifiantes d’oligo-éléments, comprimés tonifiants, bagues magnétiques amaigrissantes, gélules anti-âge, crèmes minceur, huiles essentielles anti-stress, tisanes apaisantes, thérapies par réalité virtuelle, hypnoses, yogas, programmes de marche nordique, ostéopathies, soins thermaux, méditations d’inspiration religieuse, musicothérapies, acupunctures… et leurs mises en œuvre sont tout aussi variées.

Comment s’y retrouver en l’absence de classification scientifiquement établie et de nomenclature ? Chaque utilisateur a tendance à valider telle ou telle pratique sur la base de son expérience. Si elle est réussie, il s’arroge alors le droit et la compétence de la recommander à ses proches ou sur les réseaux sociaux avec la formule magique : « au pire, cela ne te fera pas de mal ! » Ainsi se propage la prétendue recette miracle. L’expérience singulière devient vérité générale et des communautés se créent, par-delà les frontières et les réglementations.

Que fait un ostéopathe ?

L’ostéopathie est une médecine non conventionnelle qui se développe un peu partout dans le monde. S’agit-il d’une forme de médecine à laquelle confier son capital santé ? Comment bénéficier de traitements...

Lire plus
Page 1 of 16 1 2 16

Articles populaires

Articles recommandés